TNB avec le public

PROSPERO

Cette coopération commencée en 2008 a pu aboutir à la fondation d’un groupe Européen indépendant constitué de structures dédiées à la création, la formation et la recherche. Cette association comprend : le Théâtre National de Bretagne (Rennes, France) - coordinateur et six coorganisateurs : Théâtre de Liège (Belgique), Emilia Romagna Teatro Fondazione (Modène, Italie) ; Schaubühne am Lehniner Platz (Berlin, Allemagne)  ; Göteborgs Stadsteater (Suède) ; Théâtre National de Croatie/World Theatre Festival Zagreb (Croatie) ; Festival d’Athènes et d’Epidaure (Grèce). Après un début marqué par deux créations d’Angélica Liddell (You are my destiny) et de Katie Mitchell (The Forbidden Zone), les partenaires continuent le travail suivant deux axes :

1. Le développement de la création européenne
Ils soutiendront et accompagneront six autres créations de grande ampleur confiées à des metteurs en scène de l’espace européen. En 2015 : Ti regalo la mia morte, Veronika d’après le film Veronika Voss de Rainer Werner Fassbinder, mise en scène d’Antonio Latella (Italie) ; Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, mise en scène de Christine Letailleur (France) ; Na Kraju tjedna (à la fin de la semaine), conception et mise en scène de Bobo Jelcic (Croatie) et Compassion. L’histoire de la mitraillette, mise en scène de Milo Rau (Suisse/Allemagne).

2. La formation de jeunes comédiens
Chaque année des élèves des écoles partenaires iront à Berlin, participer à F.I.N.D. plus (Festival International New Drama). Cette manifestation est organisée au printemps par la Schaubühne et centrée sur l’écriture contemporaine. Elle invite de nombreux jeunes comédiens venus d’autres pays, à découvrir des spectacles, rencontrer des artistes, et participer à des ateliers. Cinq promotions découvriront un autre pays, une autre culture théâtrale, une autre pédagogie, lors d’ateliers d’une durée minimale de 15 jours. Chaque année, l’Union Européenne se trouve confrontée à de nouveaux problèmes. Elle ne peut cacher, derrière ses discours récurrents, sa faiblesse, son manque de vision et de générosité. Malgré l’adversité, les sept partenaires, européens convaincus, continuent d’œuvrer pour que les artistes, les acteurs culturels, les populations se saisissent de ces questions fondamentales pour construire un nouveau modèle européen. Il est encore temps. Jusques à quand ?

François Le Pillouër
Directeur du Théâtre National de Bretagne, chef de file de Prospero
27 avril 2015